aquariophilie 

accueil  aquariophilie   point de croix   peche mouche   galerie photo   randonnee

Les methodes de reproductions simples
Les bases de la reproduction
Reproduction du Tanichthys albonubes
Expérience dereproduction deBranchydanio frankei

La reproduction des Barbus
Protocole
d'élevage

Des conseils pratiques
(L'eau, le moteur de l'éthique d'un club)
Baisser ladureté del'eau

Conseil de reproduction
Gouramileeri
Les "néons"

Des fiches signalitiques
Luciocephalus pulcher(Poisson-pioche, Fauxbrochet )
Epalzeorhynchussiamensis
Scatophagus argus

Determination d'un petit cyprinidé
Oreichthys cosuatis

Des fichiers pratiques
DocumentsInformatisés

Des liens
Sites
d'aquariophilie

Protocole de reproduction
Cardinalis

 

repro Conseils de reproduction
La reproduction des Barbus

Sous l'appellation de Barbus se cache en fait toute une série de genres assez proches les uns des autres. Dans cette rubrique, je ne vais pas m'attarder sur la classification, mais plutôt sur les similitudes et quelques particularités de reproduction de ces petits cyprinidés

Le premier point fondamental est de préciser que l'on trouve deux grandes origines de barbus : ceux d'Afique et ceux d'Asie.

La reproduction des barbus africains est particulièrement ardue, de nombreuses espèces n'ont pas encore été reproduites et même dans certain cas c'est la maintenance même des poissons qui est difficile.

Les Barbus asiatiques sont quant à eux nettement plus faciles à acclimater et les protocoles de reproduction sont plutôt simples. Comme chez de nombreuses espèces, la réussite de la reproductionpasse avant tout par de bonnes conditions de maintenance et de préparation. Dans l'ensemble ces poissons sont grégaires et le fait de les maintenir en groupe participe à l'équilibre et la bonne forme des individus. De plus, chez les jeunes sujets la détermination des sexes est quasi-impossible (sauf chez quelques espèces), de ce fait, plus le groupe de base est important, plus la probabilité d'avoir un couple est importante (voir article "base de la reproduction" ). A l'expérience, le déclenchement de la ponte est plus facile avec de jeunes adultes qu'avec des poissons plus âgés cependant il n'est pas impossible de faire pondre des animaux de 6 ou 7 ans (j'ai conservé des schubertis pendant 16 ans). L'alimentation de préparation est aussi importante, une assez grande quantité de nourriture vivante facilite grandement les choses, cependant attention hormis les titeya et les gelius ce sont de grands gourmands qui peuvent prendre très vite de l'embonpoint (jusqu'à la cirrhose). Le bac de ponte n'a pas besoin d'être très grand 25 à 40 litres selon les espèces (à l'exception de quelques espèces très grandes que je n'ai jamais élevées). L'eau neuve et plus encore je pense le taux d'oxygène sont des facteurs déclenchant de la ponte fondamentaux. Une eau de dureté moyenne à faible 10 à 15° F correspond à la majorité des espèces, moins pour la ponte que pour le bon développement des embryons. En ce qui concerne la température, les variations sont plus importantes en fonction du type de poisson, Les conchonius ou les semifasciolatus dans une moindre mesure sont capables de se reproduire dans des eaux à 20 /22° mais l'optimum se situe autour de 24 °. Pour les autres espèces plus thermophiles comme le tetrazona l'amplitude est plus faible avec un minimum de 24° et un optimum de 25°. En règle générale j'ai l'habitude de baisser la température du bac de ponte par rapport à celui de maintenance (toujours en lien avec le taux d'oxygène, facteur marquant chez ces poissons très actifs). La taille des oeufs est peu variable, les larves sont de taille assez importante à l'exception du titeya qui pond des oeufs moitié moins gros que ses cousins. Les alevins ne sont quasi pas obligés de passer par le stade de nourrissage aux infusoires quelques jours seulement suffisent (à l'exception de l'espèce citée "titeya") qui demande une période d'alimentation avec de petites proies plus importante. les jeunes poissons grossissent très vite et du coup salissent rapidement l'eau, il faut faire de fréquents changements d'eau et trier les alevins pour leur donner de l'espace et éviter le cannibalisme dès le premier mois.
permet de favoriser l'augmentation du taux d'oxygène dissous). Il faut tout de même savoir que tous les barbus n'ont pas les mêmes demandes, conchonius peut se reproduire à 20/22° sans problème alors que tetrazona ou titeya demandent 24/25°. J'utilise deux types d'aménagement du bac de ponte, soit un système de panier en grosses mailles suspendu dans le bac et qui occupe les 2/3 supérieurs du volume ou bien 10 cm d'épaisseur de fibres synthétiques grossières pour filtre lestées sur le fond du bac. Cette seconde méthode donne de meilleurs résultats avec les espèces aux oeufs très adhérents.Pour finir, je vous conseillerais de commencer l'élevage des barbus avec le schuberti (facile et calme, il ne se précipite pas tout de suite sur ces oeufs)et le nigrofasciatus ensuite, le titeya qui pont bien mais qui demande un peu de doigté pour l'élevage des jeunes et enfin le tetrazona un peu plus capricieux pour pondre et avec parfois des problèmes de développement embryonnaires (les oeufs sont sensibles aux champignons et à la qualité de l'eau : faite baisser la dureté carbonée avec un peu de tourbe).

  Page précédente haut

Page suivante

 

made with Mac

Pour me contacter :jeanmarc@club-internet.fr